La mode éthique en 2020 : s’habiller responsable pour un lifestyle tendance et durable. C’est possible ?

La mode éthique en 2020 : s'habiller responsable pour un lifestyle plus durable

Mode éthique : réalités, défis et limites d’aujourd’hui

par Natty Ngoy, créatrice de la marque Inaden

Consommer mieux, s’habiller mieux : une tendance durable

Mode éthique, responsable, équitable, bio ou encore mode engagée, solidaire, durable. Vous avez sûrement déjà entendu l’une ou l’autre de ces expressions – où alors vous vivez sur une autre planète !

Quand je me suis lancée en 2013 (wow déjà 7 ans que nous fabriquons des sacs éthiques en Éthiopie !), j’avais fait un beau business plan sur la slow fashion pour démontrer que oui, la tendance « consommer éthique » s’inscrivait comme une tendance durable, un véritable lifestyle qui ne se limitait plus à nos placards de cuisine. J’en étais convaincue : le développement durable n’était pas juste une tendance à la mode.

Ce concept (vieux de quelques années déjà !) a transformer durablement tous les modes de production et les choix de consommation dans les années à venir. D’ailleurs, il n’y a qu’à voir le succès grandissants des blogs green pour mesurer l’envergure du mouvement slow lifestyle.

mode éthique tendance durable

En 2013, je leur avais dit que la mode éthique était une VRAIE tendance durable !

La mode éthique habille les petits et les grands !

Aujourd’hui, la mode éthique n’est définitivement plus une « niche » de marché.

La mode éthique, à travers ses nombreuses propositions de vêtements éthiques et responsables, s’adresse aux enfants, aux parents, aux femmes et aux hommes désireux de s’habiller durable, d’allier style et convictions citoyennes. Oui, la tendance est au lifestyle éco-responsable !

En 2020, on peut dire que la mode éthique porte de belles promesses, et malgré les limites qu’elle peut rencontrer dans ses initiatives, la transparence et la volonté de ses acteurs à faire toujours mieux reste ses plus grandes forces.

La mode éthique en 2020 : tellement de choses à dire !

Pourquoi écrire un article sur la mode éco-responsable aujourd’hui ?

Parce qu’étant moi-même la créatrice d’une marque de mode engagée, j’ai à cœur de partager mon aventure.

Fabriquer de beaux sacs en Éthiopie est le défi que je relève chaque jour avec toutes celles et ceux qui me suivent parfois depuis le tout début – merci pour leur confiance !

Parce que chaque jour, de nouvelles marques éthiques et de nouveaux concepts eco responsables apparaissent.

Ce qui témoigne que de plus en plus de Français cherchent mieux consommer jusque dans leur dressing et donc cet article (que j’espère le plus complet possible) peut les aider à appréhender les multiples réalités d’une mode responsable à impact positif. Si vous faites partie de ces personnes, n’hésitez pas à commenter cet article pour me dire ce que vous en pensez !

Parce qu’aussi, en tant que marque de sacs à main éthiques, je reçois beaucoup de questions sur le sujet…

…des objections aussi parfois (la question du Made in France revient souvent par exemple) et qu’en écrivant cet article, j’espère apporter des réponses et participer activement au débat autour de la mode responsable.

Il y a beaucoup à dire sur la mode éthique aujourd’hui. J’ai essayé d’écrire un article le plus complet possible.

Petit sommaire de ce dossier dédié à la mode éthique :

Petit sommaire de ce dossier dédié à la mode éthique :

Ce méga-article sur la mode éthique, je l’ai articulé en 4 parties :

Je vous souhaite bonne lecture !

Quand la mode éthique fait du bruit : la grosse crise de conscience de l’industrie de la mode et les symptômes d’une mode en mutation.

La mode est un marché très particulier qui fait appel à des émotions chez chacun de nous. Que l’on soit fashionista ou pas, nous restons tous sensibles aux marques, à leurs univers et à leurs produits… cette petite introduction explique pourquoi la mode éthique recèle un paradoxe fondamental..!

La schizophrénie d’une mode consciente et durable

Commençons par le commencement : la pyramide de Maslow.

Et là, vous vous dites « mais quel rapport ? »

Ça ressemble à ça la Pyramide de Maslow. Bougez pas, je vais TOUT vous expliquer !

He bien déjà, il faut bien prendre conscience que dans l’expression « mode éthique » il existe un paradoxe sous-jacent assez fort : la mode évoque le besoin non essentiel (au sens de Maslow) de satisfaire un besoin d’appartenance, un désir de se réaliser et de s’affirmer.

Dès lors qu’il ne s’agit pas de répondre aux premiers besoins – l’idée c’est de ne pas se balader tout nu, hein – la mode n’est plus essentielle et devient alors par opposition…superflue.

La mode, des habits pour ne pas finir tout nu

Visiblement le monsieur-là, il a pas compris à quoi servent les slips..

Il n’y a qu’à constater comment les tendances de mode (aussi bien dans le textile que dans les nouvelles technologies par exemple – on pourrait parler de la marque à la pomme) constitue un levier de consommation extraordinaire.

Si je vous dis que l’industrie de la mode (habillement & accessoires) est l’une des plus grosses industries au monde vous n’aurez certainement pas de mal à me croire. Rien qu’en France, l’industrie de la mode représente 150 milliards d’euros et presque 3% du PIB.

Si je vous dis maintenant que l’industrie de la mode est aussi l’une des plus polluantes au monde, là encore, il y a de fortes chances que je ne vous apprenne rien.

Imaginez, le rythme infernal d’une fast fashion qui impose installe des vêtements… euh… des tendances dans ses rayons au fil de collections qui apparaissent et disparaissent à des cadences très courtes, suscitant chez les consommateurs des envies perpétuelles « d’être et d’avoir ». Voilà grosso modo, la clé du succès pour les géants de la mode, ces enseignes internationales aux croissances fulgurantes.

Or l’un des principes de la mode éthique est de consommer mieux (enfin de s’habiller mieux) c’est-à-dire de manière plus raisonnée. Vous l’aurez compris : la conséquence inéluctable se traduit par le leitmotiv « consommer moins mais mieux ». Et la grande question est donc comment faire du shopping responsable ?

fast fashion le contraire de la mode responsable

Le secteur de la mode en France c’est 150 milliards d’euros…

Le (vrai) prix de la fast-fashion: l’envers du décor

Puis le 24 avril 2013 c’est le drame.

Au Bengladesh, le Rana Plaza s’effondre faisant 1.138 morts et plus de 2.500 blessés.

L’envers du décor de l’industrie textile s’étale au grand jour et désormais, les conditions de production des vêtements ne peuvent plus être passées sous silence.

Drame Rana Plaza fast-fashion

L’effondrement du Rana Plaza en 2013 provoque l’effroi international

Indignation chez les consommateurs qui, pour beaucoup, ne veulent plus être les clients complices naïfs d’une industrie lourdement responsable de déboires sociaux et environnementaux dans les pays en développement.

Ils apprennent alors à lire les étiquettes pour décrypter l’histoire des vêtements et s’interrogent sur:

  • les matières – quelles origines ? c’est biologique ? c’est vegan ?
  • les circuits de production – c’est Made in « quoi » ? quel bilan carbone ?
  • les prix – c’est fair trade ?

La mode éthique : des alternatives durables pour les consommateurs

Suite à cette catastrophe, naît en 2014 un évènement phare de la mode éthique : la Fashion Revolution Weekqui depuis rassemble chaque année des dizaines de milliers de personnes partout dans le monde.

La Fashion Revolution est en marche et chacun d’entre nous peut décider d’en faire partie :

  • soit en produisant de manière responsable, c’est par exemple le cas de Inaden puisque nous faisons le choix de fabriquer nos sacs en cuir en Éthiopie auprès d’artisans indépendants justement rémunérés et en travaillant exclusivement auprès de tanneries certifiées ISO environnement. Mais c’est le cas aussi de nombreuses marques de vêtements éthiques et écologiques.
  • soit en achetant de manière consciente en privilégiant des marques équitables, des matières durables, les vêtements de seconde main ou encore en décidant par exemple de réparer plutôt que de remplacer.
Fashion Revolution pour une mode plus responsable

Être stylée tout en s’habillant responsable, c’est possible !

La mode éthique : des engagements et des actions visibles

Vous l’avez compris : c’est une grosse crise de conscience qui a secoué l’industrie de la mode et l’une des conséquences est le « boum » d’une mode plus durable.

Ce « boum », il se mesure aux nombres de nouvelles marques éthiques qui apparaissent chaque jour mais aussi à la force du green washing discours des « plus grands » qui parlent désormais « coton bio », « transparence » et « engagements » pour rassurer informer les consommateurs.

Dernier exemple en date…

Les Galeries Lafayettes lance un mouvement créatif et engagée en faveur d’une mode plus responsable. Cette initiative se matérialise par le corner Go for Goods mettant en lumière une sélection « de marques et partenaires [qui] accélèrent la transformation du secteur de la mode. Favorisant la création en faveur du bien commun, Go for Good répond à la quête croissante de sens et de transparence exigée des clients et invite l’ensemble des parties prenantes à s’inscrire dans une logique vertueuse de progrès. C’est un mouvement qui met en lumière et en courage les initiatives des marques établies et de la jeune création pour une mode plus responsable.» (contenu en italique issu des sources officielles des Galeries Lafayettes)

Galeries Lafayette corner mode éthique go for goods créateurs de mode responsable

Le Corner Go for Good aux Galeries Lafayettes

On le voit aussi dans les salons professionnels de la mode comme le Who’s Next qui propose une sélection de jeunes créateurs indépendants acteurs d’une mode plus responsable.

Who's Next mode éthique positive fashion s'habiller responsable

IMPACT : le Who’s Next ouvre ses portes à la mode éco-responsable 

IMPACT c’est 4 jours de talks, d’ateliers et bien sûr une sélection de jeunes marques engagées pour mettre en lumière la mode éthique. Tout cela s’articulant autour de 4 grandes thématiques, piliers de la mode durable :

  • « Slow Is Beautiful » pour encourager une production, une distribution et une consommation maîtrisée et responsable. Slow, c’est moins mais mieux !
  • « Made By » pour valoriser la transparence et les savoir-faire sur toute la chaîne de production.
  • « The Future is Now » pour présenter des innovations Green tech, leviers d’accélération de la transition vers une mode toujours plus responsable
  • « Old is The New Black » pour mettre à l’honneur le marché de la seconde main, le recyclage et l’upcycling.

Et même encore plus haut dans la chaîne de la production, comme au salon Première Vision un incontournable pour trouver des fournisseurs de matières premières (textiles, cuirs, boucleries etc..) où là encore matières écologiques et innovations technologiques sont mises en avant dans la Smart Creation Area.

Première vision matières écologiques green tech mode éthique plus responsable

À Première Vision : le sourcing des matières écologiques et durables pour les créateurs de mode responsable. 

La mode éthique : une réponse durable pour s’habiller responsable

En à peine deux décennies, la mode éthique s’est installée durablement dans le paysage de l’industrie textile et de l’habillement. Au-delà de nos frigos, où le bio et l’équitable avait déjà trouvé en place, la prise de conscience s’est emparée de nos vêtements pour redessiner les contours d’un dressing responsable.

Quand je me suis lancée dans la mode éthique en créant Inaden, des sacs pour femme, cette prise de conscience n’en était qu’à ses débuts. Aujourd’hui, les ressources pour « mieux faire » sont nombreuses et les prises d’initiatives également.

C’est ce que nous allons voir dans la suite de cet article où je vous propose un panorama de la mode éthique en 2020 pour en saisir toute les réalités.

Mode éthique en 2020 : quelles réalités et quels défis aujourd’hui?

Aujourd’hui, plus que jamais les consommateurs veulent devenir consom’acteurs. Cela tombe bien du côté de la mode responsable, les choses bougent !

Une définition plurielle de la mode responsable

Si on veut donner la définition d’ « UNE » mode éthique, il faut bien comprendre que celle-ci recouvre plusieurs réalités, toutes différentes, parfois complémentaires, mais répondant toujours au besoin de consommer (s’habiller) éthique

Dans cette 2ème partie, je vous parle de TOUT (ou presque) ce qui rend la mode responsable. On y va ?

sustainable fashion la mode éthique responsable

Let’s talk about Sustainable Fashion !

Peut-on parler de mode éthique sans label équitable ?

Par exemple, la question des labels.

Quand je me suis lancée dans la mode éthique en faisant le pari de fabriquer de beaux sacs en Éthiopie, je l’ai fait dans l’idée de créer une marque responsable qui serait en phase avec mes valeurs.

Il arrive parfois lorsque je raconte l’histoire d’Inaden, qu’on me demande si ce sont des sacs équitables.

Les labels sont des marqueurs connus et rassurants pour les consommateurs.

Parmi les plus connus, on trouve le label Fair Trade (ou Commerce Équitable) ou le label Organic (Bio). Vous les avez sûrement déjà croisés sur de nombreux produits alimentaires, cosmétiques ou même textiles

Les labels dans la mode éthique

Alors est-ce que toutes les marques éthiques sont des marques équitables ?

Au risque de vous surprendre la réponse est NON. Et c’est plutôt simple à comprendre :

Le label est une certification délivrée par un tiers indépendant, au terme d’un processus long, lourd et coûteux pour l’entreprise. Le label équitable (ou bio, etc..) est un investissement marketing puisque l’objectif est de rassurer le consommateur en lui prouvant transparence et bonne conduite (là, où on l’on pourrait craindre du greenwashing).

Malheureusement, pour de nombreuses marques indépendantes engagées à produire mieux, la labellisation reste inaccessible car trop coûteuse et la répercussion sur les prix de vente, rendrait leurs produits encore plus chers pour le client final.

Pour autant, et c’est ce qui est génial de nos jours, c’est que les marques éthiques ont des moyens de communication extraordinaires pour partager au quotidien leurs engagements et leur histoire avec leurs clients. C’est le cas par exemple, lorsque je pars à Addis-Abeba, en Éthiopie, pour suivre une production et que je partage en story sur Instagram le quotidien de l’atelier.

La force des marques éthiques ? Partager leur histoire avec leur communauté !

Ou encore lorsque je partage un nouveau modèle de sac tendance sur blog ou que je demande l’avis sur une couleur pour un sac dans l’une de mes newsletters.

Cette proximité entre les marques responsables et leurs clients permet de construire une relation de confiance solide. Vous imaginez que certaines de mes clientes me suivent depuis maintenant 7 ans et savent tout de mon quotidien de créatrice de sacs !

Alors marque éthique, marque équitable : quelle différence ?

Sur le packaging papier : un label.

Dans la finalité, aucune : l’objectif est toujours de proposer une alternative à tous celles et ceux qui sont désireux de mieux consommer.

Reste au consommateur de se faire sa propre opinion en s’informant sur la marque qui l’intéresse, son histoire, ses engagements, sa démarche responsable avec toujours cette formidable possibilité de pouvoir lui poser ses questions directement !

Pour s’habiller éthique, il faut (se) poser les bonnes questions !

La mode éthique : une révolution des matières

S’habiller responsable en faisant plus attention aux étiquettes c’est :

  • Se préoccuper des matières (quel impact sur l’environnement ?),
  • de la qualité de fabrication (quelle durabilité ?)
  • et de l’humain (quelles conditions sociales ?)

Pour parler d’un vêtement écologiquement responsable (ou eco-responsable), il est donc indispensable de faire aussi un tour du côté des matières.

Petit tour d’horizon :

Les matières synthétiques

Les matières synthétiques (comme le polyester) sont certainement les plus impactantes en termes de consommation d’énergie et de pollution. Ces matières directement dérivées de l’industrie pétrochimique sont moins coûteuses que les matières naturelles.

Les matières synthétiques restent cependant intéressantes lorsqu’elles sont utilisées pour leurs propriétés techniques (parmi elles: thermorégulation, évacuation de l’humidité, etc). Elles ont aussi le mérite d’être particulièrement résistantes ce qui les rend adaptées à tout l’univers du sportwear par exemple.

On retrouve beaucoup de matières synthétiques dans nos tenues de sport préférées!

Si les matières synthétiques sont très polluantes du fait de leurs procédés de fabrication, il existe aujourd’hui des alternatives plus responsables comme la fibre synthétique fabriquée à partir de cellulose végétale.

Le coton

Le coton est la matière première n°1 du prêt à porter.

Pourtant, la culture du coton a des conséquences dramatiques sur l’environnement. Imaginez seulement :

  • Il faut environ 10.000 litres d’eau pour produire un jean (de la culture de la fibre à l’assemblage)
  • et 2.500 litres d’eau pour un tee-shirt de 250 grammes
le coton bio jean mode durable ecoresponsable ecologique

source : waterfootprint.org

Gavé de pesticides, car souvent cultivé dans des pays où il n’existe aucune norme environnementale, le coton dévaste les sols pour des conséquences à long terme.

Largement dominant dans la mode, il serait difficile de bannir le coton. Cependant, il est possible de faire des choix qui permettent de garder cette matière naturelle dans nos dressings responsables.

Le label bio s’applique désormais lui aussi au coton et beaucoup de marques éthiques font le choix de fabriquer leurs vêtements en coton bio. Nous aussi, on a fait ce choix avec nos t-shirts éco-responsables 100% coton bio.

La différence ?

Tout aussi gourmand en eau, le coton biologique est beaucoup moins traité.

Avec la prise de conscience des consommateurs et les efforts des grosses enseignes de mode pour se responsabiliser, le coton bio s’est généralisé ces dernières années et devient beaucoup plus abordable…

coton biologique dans la mode ecoresponsable durable

Le coton biologique se démocratise dans l’industrie de la mode

Côté textiles, on pourrait bien encore évoquer les lainages (vierges de préférence car alors non traités chimiquement), le cachemire (qui a tout de même un impact sur les conditions d’élevage et donc la qualité finale), le lin (fibre peu consommatrice d’eau et thermorégulante) etc…

La question du cuir dans la mode éthique

En tant que créatrice de sacs en cuir, je reçois beaucoup de questions sur les cuirs utilisés et le choix du cuir pour une marque de maroquinerie éthique.

Le cuir est une matière naturelle issue de véritables savoir-faire. Appellation protégée, le cuir inspire tout un univers d’artisanat, de qualité et de luxe.

Un beau cuir, solide et résistant, se patinera avec le temps, embellissant ce faisant. En faisant le choix d’un sac en cuir par exemple, vous investissez dans une pièce mode et pratique que vous porterez des années. Réduisant ce faisant l’impact environnemental de votre sac en cuir.

Oui, parce que l’industrie du cuir est également très polluante. Les dégâts environnementaux et sociaux ont été terribles des années (et des années) durant dans les pays en voie de développement où les tanneries n’avaient aucune réglementation imposée.

Les teintures et les traitements de tannage des cuirs étaient alors réalisés avec tout un arsenal chimique extrêmement nocif pour ceux qui les fabriquent ET pour l’environnement.

Si aujourd’hui, des normes internationales strictes encadrent davantage cette industrie, il existe encore malheureusement des pays où l’on ne sait pas vraiment ce qu’il se passe.

Inaden, ma marque de sacs éthiques repose sur l’idée de sourcer les matières locales et les transformer sur place pour que la valeur ajoutée profite aux personnes qui fabriquent nos collections.

Les cuirs utilisés sont donc des cuirs tannés localement en Éthiopie. Je peux parler de ce que je connais vraiment car je visite régulièrement les tanneries lors de mes voyages.

Il faut savoir qu’en Éthiopie, qui compte le plus grand cheptel du continent Africain, l’industrie du cuir est une ressource dominante pour le pays qui exporte de nombreuses peausseries dans le monde entier. La mise aux normes internationales n’était donc pas une option. De nombreuses tanneries ont été fermées car la mise aux normes (en termes de retraitement des eaux notamment) imposée par le gouvernement suppe des investissements colossaux. Les tanneries en activité aujourd’hui répondent toutes à une stricte réglementation environnementale.

Je fais le choix de travailler exclusivement avec des tanneries éthiopiennes certifiées ISO Environnement. Ainsi, tous les sacs Inaden sont fabriqués dans des cuirs low-chrome répondant à des exigences environnementales et humaines.

En alternative aux cuirs traditionnels, il existe aussi le cuir au tannage végétal. Parfois, aussi désigné (à tort) cuir végétal.

Le tannage végétal est une méthode plus douce (réalisée à partir de plantes comme l’acacia par exemple) mais reposant sur des processus beaucoup plus longs et plus coûteux. Si les cuirs tannage végétal sont de beaux cuirs, ils sont cependant un peu plus fragiles (car moins protégés), offrent moins de souplesse et un moins grand choix de couleurs.

Le choix entre cuir low-chrome et cuir tannage végétal répond à une problématique de coût de fabrication… et donc d’accessibilité. Avec Inaden, je fais le choix de proposer une maroquinerie éthique en cuir avec une qualité accessible. Cependant, je travaille depuis quelques temps sur une prochaine collection de sacs en cuir tannage végétal.

La mode vegan : la solution pour une mode éthique ?

Pour finir, il est impossible de parler du cuir dans la mode éthique sans parler de la tendance vegan. 

Tendance de fond, la mode vegan répond à des valeurs interrogeant sur la place de l’animal dans nos sociétés de consommation. Si vous vous intéressez à la mode responsable et que vous avez fait vos propres recherches sur des marques de sacs éthiques, vous avez certainement déjà entendu parler du cuir vegan (qui n’existe pas – disons le tout de suite).

 Si vous avez un peu de curiosité sur le sujet, je vous invite à lire le dossier detox sur le cuir vegan : vous comprendrez alors pourquoi qu’un cuir éthique n’est pas forcément vegan !

hé oui : le cuir vegan n’existe PAS.

La mode éthique ou la mode du « made in »

Impossible de parler mode responsable sans évoquer la fameuse mention « Made in ».

En décryptant les étiquettes pour un shopping plus éco-responsable, les consommateurs ont pris le pouvoir : désormais ils exigent de tout savoir de l’origine de leurs vêtements, sacs, chaussures et accessoires

Le Made in est devenu un argument marketing.

Désormais, les Made in China, India, Bengladesh etc.. laisse planer un gros doute sur les conditions de fabrication.

En me lançant dans la mode éthique, j’avais envie de participer à mon (petit) niveau au développement économique d’un continent. J’avais envie de valoriser des savoir-faire et contribuer au mieux-vivre d’artisans en Afrique.

À l’heure du Made in France, je fais le pari du « Made with Love » plutôt que du « Made in France » en fabriquant de beaux sacs en Éthiopie et des bijoux au Niger.

Le grand boum des marques Made in France prouvent que les produits « bleu-blanc-rouge » trouvent leur public. Cependant, je reste convaincue que la somme de toutes les démarches positives participent à changer le monde… qu’elles menées soient en France ou ailleurs !

made in france marque ethique mode responsable

Made in France : un argument marketing très tendance aujourd’hui

Si vous êtes sensible à une consommation plus responsable au quotidien, vous avez certainement déjà vu les nombreux reportages qui témoignent de l’importance lire le label Made in France avec précaution : un drapeau tricolore peut en cacher bien d’autres..!

La mode éthique… juste pour les bobos ?

Alors l’écologie, l’éco-responsabilité, le commerce équitable et tout et tout… un truc de bobos ?

Pas seulement !

C’est toute une génération consciente qui cherchent à défendre des valeurs humaines, sociales et environnementales en votant par leur choix de consommation

Même les stars s’incarnent icônes de mode éthique et foulent le tapis rouge en portant des tenues de jeunes créateurs engagés. Elles sont la preuve qu’on peut être stylé responsable et que la slow fashion c’est tendance !

les stars aussi aiment et soutiennent la mode éthique

Emma Watson : icône de la mode éthique jusque sur les tapis rouges !

C’est assez amusant de constater que pour beaucoup, la mode éthique reste encore ce poncho péruvien issu du commerce équitable.

le poncho peruvien mode fair trade équitable

Faut dire que c’est quand même la classe, le poncho !

Pourtant, aujourd’hui, les marques responsables s’adressent à tous les publics : vêtements bio pour les enfants, maroquinerie éthique pour les femmes, chemises Made in France pour homme, etc…

Les propositions de style ne manquent pas et il suffit de parcourir les nombreux blog de mode éthique pour comprendre que oui : s’habiller responsable et être super looké c’est possible !

Avec Inaden, je fabrique des sacs éthiques en Éthiopie oui mais sans sacrifier ni le style ni la qualité. Et chaque jour mes clientes heureuses de leur sac me prouvent que je réussis mon pari !

S’habiller responsable : ok mais à quel prix ?

La mode éthique : c’est cher !

On l’a vu : le secteur de la mode connaît un grosse transition pour changer ses mauvaises pratiques.

Toutes les marques n’ont pas le même engagement mais les grosses enseignes ont bien compris tout l’intérêt marketing de communiquer davantage sur une mode bio et responsable.

À côté des géants de l’industrie, c’est tout un mouvement créatif et indépendant qui se lève à travers les marques éco-responsables qui se multiplient.

Comme pour la nourriture bio, la question du prix de la mode éthique se pose pour les consommateurs.

Produire mieux, de manière plus consciente a forcément un coût :

  • mieux rémunérer les travailleurs pour leur assurer une vie décente
  • choisir des matières premières de meilleure qualité pour une plus grande durabilité
  • privilégier des matières premières organiques ou eco-responsables pour un moindre impact environnemental
  • réduire son empreinte carbone par ses choix logistiques ou un sourcing plus local
  • préférer des emballages en matières recyclées
  • s’orienter vers des encres écologiques
  • investir dans une certification AB (bio) ou équitable (FairTrade)

A titre d’exemple, c’est exactement le cas pour Inaden :

  • en faisant le choix d’une production raisonnable à taille humaine,
  • en rémunérant nos artisans femmes et hommes avec des salaires supérieurs à ceux du pays,
  • en achetant nos matières premières localement auprès de tanneries certifiées ISO Environnement,
  • en proposant des modèles intemporels, faits pour durer des années
  • en utilisant des emballages éco-responsables pour nos commandes

Donc on va pas se raconter des histoires : un vêtement fabriqué de manière éthique (ou un vêtement responsable) a forcément des coûts supérieurs à un vêtement produit massivement (et anonymement), coûts qui se répercutent sur le prix de vente final.

Oui, la mode éthique coûte « plus cher » que la mode traditionnelle.

Pour autant, est-ce que s’habiller responsable coûte forcément plus cher ?

Pas nécessairement. Oui, l’équation mode éthique + petit budget est possible.

mode éthique s'habiller responsable quel prix ? rihanna pose la question

La mode éthique pas cher, ça existe ?

La mode éthique : une autre façon de s’habiller

S’engager dans des choix vestimentaires alternatifs, c’est aussi décider de consommer moins mais mieux.

Ainsi, au lieux d’acheter 10 T-shirt Zara à 4,90€ (que vous ne porterez probablement que 3 fois…), vous pourrez préférer vous offrir un beau t-shirt en coton bio sérigraphié à l’encre écologique pour 37€.

Vous pouvez aussi décider de vous lancer dans l’aventure d’une garde-robe minimaliste !

De nombreuses études prouvent qu’on porte seulement 20% des vêtements sagement empilés dans nos placards. Les 80% restants servent donc juste à… combler le vide !

Face à ce constat, certaines décident de changer radicalement leur rapport à la mode en se créant un dressing (ou wardrobe) capsule.

capsule dressing minimaliste mode durable s'habiller responsable

Le dressing capsule : un dressing minimaliste pour s’habiller responsable

Minimaliste, le dressing capsule repose sur l’idée forte qu’on n’a pas besoin d’avoir une multitude de vêtements dans son placard au quotidien… d’ailleurs, de ce concept est aussi née la valise minimaliste pour les vacances 🙂

Il mise principalement sur des pièces intemporelles, de beaux basics auxquels on peut apporter de la fantaisie en jouant notamment sur quelques beaux accessoires (bijoux, ceintures, sacs, chaussures etc). C’est le cas par exemple de l’indispensable veste kaki pour des looks féminins réussis en toute saison !

 

Attention, pour autant : un dressing ou un lifestyle minimaliste ne signifient pas de perdre la notion de plaisir ! S’habiller peut (et doit) rester un moment agréable et participer à votre épanouissement.

Si l’aventure d’un dressing minimaliste vous tente, il existe plein de techniques pour bien trier son dressing facilement !

La mode éthique pas cher : les soldes chez les marques responsables

Quand on veut profiter d’une mode éthique pas cher, il est intéressant de profiter de soldes, de ventes privées ou de fins de collection pour profiter de prix minis chez les marques éthiques.

Chez beaucoup de marques indépendantes et engagées, la question des soldes restent un sujet ouvert : faut-il suivre les tendances des prix barrés ? Faut-il solder à tout prix ? Faut-il faire le Black Friday ?

black friday surconsommation

Même en France, le Black Friday est devenu un moment incontournable

Ce sont de vraies questions qui remettent en cause toute une démarche et un engagement éthiques. En tant que créatrice de sacs éthiques, c’est compliqué (et même inadmissible) de solder pour solder.

  • Est-ce qu’un beau sac en cuir noir mérite d’être soldé alors qu’il s’agit d’un intemporel ?
  • Qu’est-ce qui justifie un prix barré sur un sac de qualité, fabriqué de manière responsable et qui durera des années ?

Il y a quelques années, je m’étais déjà posée la question de savoir si le Black Friday pouvait être éthique. La réponse n’était pas si évidente et elle ne l’est toujours pas aujourd’hui…

La mode éthique se mobilise : Make Friday Green Again

Devant le phénomène marketing du Black Friday (tout droit venu des US), de nombreux boucliers se sont levés du côté des acteurs de mode éthique.

En réponse, le mouvement Make Friday Green Again sensibilise les consommateurs sur la réalité du Black Friday et de ses conséquences pour les marques et les boutiques indépendantes.

Green Friday la mode ethique s'organise contre le black friday

Même en France, le Black Friday est devenu un moment incontournable

Aujourd’hui, je considère qu’il est tout à fait possible de proposer des soldes ou des offres promotionnelles si celles-ci on un vrai sens d’un point de vue stock et production.

Ainsi, de nombreuses marques éthiques proposent des soldes sur des toutes fins de collection, des modèles qui ne seront pas reconduits ou encore sur les dernières pièces en stock. Cela paraît plutôt sain.

Loin d’être dans une logique de sur-consommation : on solde uniquement des articles dont on sait qu’ils arrivent en « fin de cycle » et cela permet de faire de la place pour les nouveautés !

Soutenir la mode éthique en se faisant plaisir et sans se ruiner : c’est possible !

Une autre façon de s’habiller responsable à prix doux : participer à la fabrication du vêtement éthique grâce au crowdfunding !

Oui, oui à l’heure digitale, la mode éthique 2.0 connaît une belle visibilité sur des plateformes de financement participatif comme Ulule ou Kisskissbankbank.

Là ,vous participer directement à la fabrication du produit en contribuant au financement de sa production. En contrepartie, les pièces en pré-commandes bénéficient d’un prix spécial avec souvent une belle réduction à la clé. Voilà une chouette façon de soutenir des marques éthiques !

Pour Inaden, j’avais mis en place une campagne de pré-commandes pour 2 tous nouveaux modèles de sacs à main. Ce fut un beau succès et cela a permis de financer une partie de la production tout en faisant plaisir à mes clientes qui ont pu s’offrir un beau sac créateur éthique.

S’habiller éthique, ça peut aussi être s’habiller vintage !

Je ne plaisante qu’à moitié !

À l’heure de Vinted et des friperies parisiennes ultra-tendance, il est tout à fait possible de faire le choix de la seconde main pour son dressing.

Pour les amoureux du vintage, le retro c’est avant tout une question de style. Mais pas besoin d’être un fan des années 40 pour trouver son bonheur !

La tendance vintage : s'habiller responsable, un style unique pour une mode durable

Côté mode éthique : le vintage, c’est tendance !

D’ailleurs, vous verrez que l’on retrouve une énorme masse de vêtements de grosses enseignes comme H&M, Mango, Camaïeu, etc.. Si ces marques sont loin d’être 100% responsables dans leur choix de production, je pense que les acquérir dans ce circuit alternatif permet de rester dans une logique de consommation responsable.

Qu’en pensez-vous : un vêtement produit par la fast-fashion peut-il devenir un vêtement responsable si sa durée de vie est prolongée ?

S’habiller éthique se cache peut-être aussi dans l’art du reprisage ou de l’up-cycling (recyclage). Pour les adeptes de DIY, vous trouverez plein de façons créatives et esthétiques de repriser un beau pull en laine (malheureusement troué) ou ce jean qui vous va si bien (malheureusement élimé)… Vous pourrez aussi apprendre à utiliser les tissus de vos vêtements, draps etc pour fabriquer de nouvelles pièces originales et uniques !

Il y a donc 1001 façons d’adopter la mode éthique dans son dressing !

S’habiller responsable c’est donc :

  • acheter moins de vêtements qu’on ne portera pas vraiment
  • faire le choix de la qualité pour que les vêtements durent plus longtemps
  • miser sur de beaux intemporels pour rester stylé saison après saison
  • préférer des marques de mode éthiques, indépendantes aux engagements forts et participer directement à la fabrication des produits !

Les engagements de la mode éthique.

Dans mode éthique, il y a « mode »

Si vous avez lu jusqu’ici (bravo!), vous l’aurez compris : la mode éthique est multiple par ses démarches responsables mais unanime sur la volonté de « bien faire ».

Loin des ponchos barriolés, on a vu que les marques de mode responsables sont :

  • créatives avec des proposition design & tendances
  • qualitatives en sélectionnant attentivement leur matières premières
  • engagées à travers leurs choix de fabrication, plus coûteuses certes mais à impact durable.

Personnellement, j’aime bien résumer la mode éthique par « Faire du Beau et le Faire Bien». Cela correspond tout à fait à l’état d’esprit des sacs et bijoux Inaden.

L’idée c’est de proposer de belles pièces Créateur originales et tendance sans compromis ni sur la qualité ni sur le respect des femmes et des hommes qui les fabriquent.

Le manifesto de la mode éthique : 7 engagements clés qui font et feront la différence demain.

Dans cette dernière partie de ce dossier bilan sur la mode éthique en 2020, j’aimerais donc revenir sur les 7 engagements pris et portés par l’ensemble des marques qui défendent une mode positive, durable et responsable.

  1. Unir les forces pour être entendu plus loin, plus fort

C’est une réalité: la mode de demain sera éthique, durable, circulaire.Elle sera « sustainable ». Et pour y parvenir, c’est aujourd’hui que doivent s’ancrer des actions concrètes.

À côté des labels indépendants, les marques de luxe et grands groupes sont tout autant concernés et prennent des engagements forts pour changer la donner et progresser.

Ainsi en 2018, 48 marques et grands groupes signaient la Charte de l’industrie de la mode pour l’Action Climatique sous l’égide des Nations unies. L’objectif ?

Unir leurs forces pour réduire de 30 % l’émission de gaz à effet de serre de l’industrie d’ici à 2030.

Pari ambitieux mais inéluctable sachant que la mode est l’une des industries les plus polluantes au monde.

Et nous l’avons vu aussi : les attentes du consommateur ont évolué, les étiquettes inspectées et les questions soulevées.

Aux acteurs de la mode d’y répondre, ensemble. Une preuve de cette volonté collective dans le secteur concurrentiel du luxe ?

Le pari de l’association Paris Good Fashion dont le but est faire de la Ville lumière la capitale de la mode responsable à l’horizon des Jeux olympiques de 2024.

Comment ? En amenant les grands groupes à mettre en commun leurs ressources et à marcher main dans la main pour préserver la planète.

 

  1. Faire preuve de transparence

Comment sont fabriquer les vêtements ?

Une question devenue cruciale après la catastrophe du Rana Plaza en 2013 et on a vu plus haut qu’elle anime la Fashion Revolution, mobilisant chaque année des centaines de milliers de consommateurs et acteurs dans le monde.

Les consommateurs recherchent plus de transparence et les marques communiquent davantage sur la réalité de leurs actions et aussi, des limites qu’elles peuvent rencontrer dans leurs efforts de mieux faire.

 

  1. Miser sur le Green Data

Pour mieux réformer ses pratiques, les acteurs de la mode doivent repenser entièrement leur chaîne d’approvisionnement.

Complexe par les nombreuses étapes de production qui impliquent autant d’intermédiaires, les informations se perdent très souvent tout au long du circuit.

C’est là que peuvent intervenir les nouvelles technologies pour assurer une traçabilité exemplaire des matières premières jusqu’au produit final.

Définitivement les nouvelles technologies sont une dimension à intégrer dans l’amélioration continue d’une mode durable.

 

  1. Produire mieux ET produire moins

Privilégier une production à la demande, développer des circuits courts pour ajuster les stocks aux ventes et éviter ainsi une production massive avec des conséquences désastreuses pour l’environnement : ne serait-ce pas la clef d’une mode meilleure ?

 

C’est le défi de demain.

De nombreuses marques éthiques se sont engagées dans cette démarche. C’est d’ailleurs la logique des pré-commandes par exemple.

Ainsi, lorsque j’ai lancé des pré-commandes pour les deux nouveaux modèles de sacs Inaden l’objectif était double :

  • Financer une partie de la production
  • Limiter la production aux commandes passées pour ne pas produire à l’excès.

En contre-partie, toutes celles qui ont pré-commandé leur sac Inaden ont bénéficié d’une belle réduction sur leur sac Créateur pour les remercier de leur confiance !

 

  1. STOP au gâchis

Chaque année, c’est entre 10.000 et 20.000 pièces qui disparaissent du circuit en France selon le ministère de la Transition Écologique et Solidaire.

À titre d’exemple, on peut citer Burberry, épinglée pour avoir brûlé un stock d’invendus d’une valeur de 30 millions d’euros tout comme H & M avant elle…

La bonne nouvelle c’est que la France s’engage à devenir, d’ici à 2023, le premier au monde à interdire la destruction des vêtements (Projet de loi daté du mois de Juin 2019).

Ainsi, les marques seront contraintes de recycler ou de céder gracieusement leurs invendus, sous peine de sanction financière. C’est donc une véritable réorganisation des filières de collecte qui doit se mettre en place.

 

  1. Valoriser les 3R : Recycler, Réparer, Ré-employer

La fondatrice de l’agence spécialisée dans le conseil en développement durable Utopies, Elisabeth Laville, confie « Seul 1 % des pièces mises sur le marché sont recyclées. Si on ne conçoit pas des vêtements parfaitement réutilisables, le problème demeurera. »

Si cet état de fait paraît évident, la mise en pratique reste pourtant complexe car recycler consomme beaucoup d’énergie, et toutes les matières ne s’y prêtent pas.

Pour rallonger la vie des tissus, les créateurs éthiques misent aussi sur l’upcycling. Nombreuses sont les jeunes marques qui prouvent qu’on peut faire des collections désirables en réemployant des pièces vintage ou de vieux stocks d’étoffes.

De l’autre côté, les consommateurs ont déjà bien compris que la seconde main est une façon de s’habiller éthique, tendance sans se ruiner pour autant.

L’émergence de plateformes dédiées comme Vinted témoigne que cette mode… euh économie circulaire est le fer de lance d’un mouvement global. Pour vous donner une idée, ce marché pèserait aujourd’hui 24 milliards de dollars et rien qu’en France, c’est près de 23.000 personnes qui s’inscrivent chaque jour sur Vinted.

Pour la petite anecdote, un jour, une cliente m’a dit avoir regardé si elle ne trouverait pas un sac Inaden sur Vinted. Elle m’a dit n’en avoir pas trouvé et avec un grand sourire, elle a ajouté qu’elle n’avait pas vraiment été surprise : les femmes qui ont un sac Inaden les gardent un point c’est tout !

 

  1. Mener la révolution des matières

Quelles seront les prochaines innovations textiles écolos ?

On l’a déjà vu ensemble : le choix des matières est un levier clé dans le processus de fabrication et l’engagement des marques éthiques.

Utiliser des matières et textiles bios, oui.

En découvrir des nouvelles, imaginer des matières issues de biopolymères, molécules extraites de ressources naturelles renouvelables, deux fois oui !

C’est donc main dans la main avec des filières non textiles que le progrès est possible. Considérer des alternatives de teintures, de propriétés déperlantes etc… en sortant des carcans de l’industrie de la mode, voilà la révolution invisible à mener.

Réduire l’empreinte carbone et l’impact écologique des matières premières est certainement l’un des enjeux majeurs de la mode éthique de 2020 pour progresser sur les 50 prochaines années. Et tout cela se passe dans des labos de biodesign, mêlant informatique, biologie et…. bien sûr du style !

La mode éthique de demain ? On peut l’imaginer futuriste… mais pas utopique car elle s’ancre dans une réalité qui s’écrit aujourd’hui.

Ce qu’il faut retenir sur la mode éthique aujourd’hui

bonne nouvelle pour la mode ethique et responsable

C’est l’heure de conclure cet article sur la mode éthique & responsable

Conclusion positive et encourageante pour la mode responsable

Voilà, mon dossier bilan sur la mode éthique en 2020 m’a permis de faire le tour de beaucoup de notions.

J’espère que vous en savez plus désormais et que les notions de « sustainable fashion » ou de mode responsable, équitable, bio n’ont plus de secrets pour vous !

Clairement en 7 ans, beaucoup de choses ont évolué dans le bon sens : la slow fashion, l’envie de « s’habiller mieux » est définitivement une tendance durable motivée par des attentes de consommateurs et des exigences de marques plus actives dans le pari de produire mieux.

Vous l’avez compris : aujourd’hui, la mode éthique plus une « niche » de marché et touche tout le monde en habillant les enfants, les parents, toutes les femmes et tous les hommes.

La mode éthique est plurielle, c’est sa grande force !

À travers ce dossier sur la mode éthique d’aujourd’hui, j’espère avoir démontré son énergie et tout son potentiel.

  • J’ai essayé d’illustrer de manière concrète ce qui peut motiver une créatrice (comme moi) à se lancer dans la fabrication de sacs éthiques en Éthiopie.
  • J’ai également souhaité partager ici un maximum d’initiatives et de concepts éco responsables qui témoignent qu’un dressing responsable est à la porté de toutes les convictions… et de tous les porte-monnaie !
  • J’ai aussi voulu être transparente sur les limites de l’exercice pour les marques responsables : faire mieux, c’est aussi faire du mieux qu’on peut. Il est important d’être lucide sur les biais possibles sans remettre en cause tout le travail réalisé par les marques indépendantes. Ce sont elles qui portent le mouvement, au quotidien.
  • J’ai voulu conclure sur les 7 engagements qui feront la différence demain par des actions entreprises aujourd’hui… car l’histoire de la slow fashion évolue rapidement !

La mode éthique, un défi actuel pour un monde meilleur demain

Pour conclure, je dirais qu’aujourd’hui la mode éthique est un melting-pot d’initiatives positives, à hautes valeurs ajoutées. 

C’est heureux car elle porte la promesse de changement, d’un monde meilleur. C’est en tout cas le défi que je relève avec ma marque éthique de sacs à main, fabriqués depuis le premier jour avec amour et dans le respect de toutes les femmes et les hommes avec lesquels nous travaillons.

Si vous avez des réactions, des commentaires ou des précisions à apporter à ce mega-dossier sur le thème de la mode éthique et des marques eco-responsables, je vous lirai et échangerai avec vous avec grand plaisir !


Hello, je suis Natty et j’ai créé la marque Inaden pour changer le monde ! Bienvenue sur ce blog !

BRAVO ! 

Vous faites partie des 3% seulement ayant lu en intégralité cet article ! 

Pour vous remercier, laissez-moi vous l’envoyer par email.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inaden

Une marque de mode éthique à l’esprit bohème chic pour toutes les femmes de caractère.

PRESSÉ(E) ?

Recevez cet article directement dans votre boîte mail.
sac cuir inaden sac éthique pour femme sac daim

Ne MANQUEZ AUCUNE

de nos offres réservées à nos membres.

Inscrivez-vous à la Happy-List