Shade – Portrait d’une Cool Girl

Lire plus

La cool girl du jour c’est Shade ! Elle fonde Nash prints it en 2013, puis revient après une pause de deux ans sous un nouveau nom : Nash studio, vêtements aux coupes modernes pour s’adapter à tous les goûts. Forte de ses origines qui l’inspirent  : sa maman est sénégalo-danoise et son père béninois. C’est aussi ça sa marque….Une histoire d’héritage. 

#1 Pour toi, être cool c’est ?

Pour moi, la coolitude est définie par l’association des notions de détachement, de bienveillance, et d’entièreté assumée. Quand quelqu’un te bouscule sans le faire exprès dans la rue et que tu réagis en souriant, tu es cool. Quand une difficulté se présente dans ta vie et que tu la regardes en face mais en décidant de voir le verre à moitié plein au lieu de le voir à moitié vide, tu es cool. Quand ta manière de vivre, de t’habiller, d’aimer, de manger, de travailler ou autre n’est pas conventionnelle et que tu te fous de l’opinion des autres, tu es cool. Un imbécile heureux peut être aussi cool qu’une personne hype, si les deux s’assument et ne s’imposent à personne

#2 Peux-tu nous présenter 2 cool girls qui t’inspirent ?

Ma grand-mère: elle était danoise, et il me semble que les danois sont assez cools donc ca venait peut-être aussi de ses origines. Très grande cool girl ma grand-mère, parce qu’égale à elle-même, indépendante, simple dans sa manière de voir la vie, franche, entière, juste, dénuée de peurs. Elle a eu son lot de joli et de sale, elle a géré pareillement! Elle ne jugeait pas les gens, avait ses propres opinions et un caractère bien solide. Elle faisait ce qu’elle voulait et quand il y avait désaccord elle restait calme et présentait les options qu’il n’y avait plus qu’à choisir, sans rancunes! C’est probablement la personne la plus équilibrée que j’ai connue! Je suis assez différente d’elle, mais c’était ma meilleure amie, une force tranquille apaisante et impressionnante que j’admirerai toute ma vie. Elle m’a appris à ne pas être un mouton, à assumer, à être entière tout en acceptant la différence. Ma dernière collection lui est dédiée, mais en réalité, la création même de ma marque est inscrite dans son héritage.

Rihanna: je ne suis pas une fan inconditionnelle, mais je trouve hallucinante la manière dont cette fille a évolué en donnant l’impression de toujours être la même et d’être toujours à sa place. Elle porte tous les styles et ils paraissent tous naturels sur elle. Elle a l’air aussi à l’aise à moitié à poil dans un club ghetto qu’en Dior sur un tapis rouge ou en costard dans une conférence des Nations Unies. Elle fait de la musique, de la mode, du make-up, du cinéma, et tous ses projets lui ressemblent. Elle a un succès immense, une vie hors du commun et probablement un rythme de travail surhumain mais elle a l’air « normale » et humaine et n’est pas toujours parfaite.  Je crois que Rihanna est égale à elle-même quoi qu’il arrive et assume tout. Ça en fait une vraie coolgirl à mes yeux, et je la trouve inspirante et motivante.

#3 Ta façon à toi de rendre le monde plus beau ?

Il y a tellement à faire pour l’améliorer que je me demande parfois comment j’ose penser à mettre des enfants au monde sans dédier ma vie entière au service de l’écologie, du féminisme ou du combat contre la famine par exemple. Ou encore sans faire le maximum pour rendre le monde meilleur…en même temps, faire des enfants est une manière d’essayer, si on les éduque bien!
Au quotidien, j’essaie de faire des petites choses qui sont des petites gouttes qui ajoutées aux autres feront peut-être des océans. Je trie mes déchets et j’explique pourquoi aux enfants qui partagent ma vie. Je crois en l’humain, alors j’essaie d’être toujours humaine, dans le bon sens du terme. Je souris beaucoup, aux inconnus comme aux miens, parce que ce geste gratuit peut réchauffer beaucoup. Je suis très disponible et je donne autant que je peux à ceux que j’aime en espérant les aider à être au mieux d’eux-même et à faire du bien de leur côté.  Je donne du temps à des inconnus aussi quand leur solitude s’arrête dans mes yeux et qu’il m’est possible de prolonger ce moment pour la mettre sur pause quelques instants voire quelques heures. Et j’ai créé ma marque Nash Studio pour mettre en lumière la qualité du travail de tailleurs africains, béninois en l’occurrence. Mais aussi pour essayer en faisant grandir la marque de leur permettre de mieux gagner leurs vies et de former.

#4 Un souvenir lié à l’Afrique à partager ?

J’ai été bouleversée par le diptyque qu’a écrit Leonora Miano: Crépuscule du Tourment. Le premier volume, Melancholy, se compose de quatre parties, quatre voix de femmes noires qui s’adressent au même homme.  Alors que se déroule une partie de la vie de leur fils, compagnon, ex, et frère, qui aboutira à un drame. Ces femmes racontent à la fois leur histoire personnelle et leur relation avec cet homme, et elles nous donnent à voir les différentes manières dont une africaine peut être reliée ou non à ses origines et à sa culture (aussi bien traditionnelle que moderne). Ce qui en découle en termes d’identité intime et sociale. Fiertés et frustrations se révèlent. Ce livre est important, parce que ces réalités sont méconnues. Le second volume, Héritage, est consacré à l’homme et au voyage intérieur qu’il fait suite au drame. Il s’agit la aussi du lien à l’Afrique, de celle qui est en lui et de celle qui sous ses pieds et devant ses yeux. Le parcours de cet homme passe par l’ombre et par la lumière, par le monde visible et par le monde invisible. J’adorerais voir ce livre adapté au cinéma!

#5 Ton dressing en 3 mots ?

Débordant: je fus longtemps une acheteuse compulsive!
Même si j’achète moins et mieux aujourd’hui, et malgré plusieurs énormes tris ces derniers mois, il n’y a toujours pas d’air entre mes piles de vêtements et accessoires, ni de place pour mes chaussures d’été et talons qui sont dans la cave! En ce qui concerne les chaussures, certaines paires ne seront probablement jamais portées, ni jamais jetées, mais leur possession me satisfait, et je suis consciente que cette affirmation n’est pas tout à fait sensée 😉

Confortable: j’aime les basiques confortables et durables et j’en ai un bon stock!
Il m’arrive d’en acheter deux exemplaires quand je tombe sur une perle, par exemple un jean de forme intemporelle qui me va parfaitement, dont le tissu a le bon équilibre entre dureté et élasticité du tissu, dont la couleur n’est ni trop claire ni trop foncée. Évidemment si ma silhouette change, je me sens moins maligne d’en avoir acheté deux!

Cool: il y a dans mon dressing des pièces simples et des pièces extravagantes, des pièces ethniques, du vintage, différents types de tissus et de styles. C’est ce qui en fait un dressing cool à mes yeux, parce qu’il est éclectique, décomplexé, et me permet d‘habiller différentes humeurs et de ne pas me sentir coincée dans des considérations de cohérence purement stylistique. Bon, en vrai, les basiques, c’est mon summum du cool quand t’as de l’allure dedans, parce que l’allure est inhérente à la personne et pas à ses vêtements!

#6 Dans ton sac, il y a ?

J’aime être équipée, donc ces essentiels me suivent littéralement tout le temps depuis des années! Mes amis savent que j’aurai ce qu’il faut en cas de mal de tête, d’écharde, de mains sales, d’haleine pas fraîche etc… Les essentiels en question:

-Une pochette moyennement petite en wax matelassé dans laquelle il y a mon petit couteau suisse (pas pour me défendre, pour le cure-dent, la pince à épiler et le mini-ciseau), une clé usb et une petite boîte métallique remplie de chewing-gums. Ma carte d’identité, un petit gri-gri, mes écouteurs, un briquet de secours, une petite plaque en métal avec des découpes et gravures qui en font un objet multi-usage comme une scie. Enfin, un tire-bouchon, une règle etc, des lingettes antiseptiques.

-Une petite pochette soit en tissu soit en plastique recyclé (je collectionne les pochettes donc je change de temps en temps) qui contient un petit miroir, une jolie petite boîte à pilule que ma mère m’a donnée et que je remplis de Doliprane et Meteospasmyl. Une mini boîte Nivea en métal pour la crème pour les mains, un mini crayon à sourcils et une mini lime à ongles.

#7 Ta wishlist INADEN ?

Le Woodé est un excellent basique, la forme sceau et le cuir vont avec tout, et on peut y mettre pas mal de choses! Le Moon me plaît beaucoup aussi pour les même raisons et il a même un plus, sa forme ronde, une forme parfaite! Je porterais ces deux sacs avec la plupart de mes tenues quotidiennes , genre jean + pull + baskets ou robe + blouson + jolis talons bas. Pour l’accessoire, la collectionneuse de pochettes que je suis a absolument besoin de la Jordie en  Poulain. La couleur est si jolie et j’adore la fermeture éclair contrastante! Je sens que cette pochette est en train de se caler dans la partie obsession de mon cerveau!

#8 Ton mantra préféré ?

Carpe Diem, vis chaque jour comme si c’était le dernier. Je ne fais pas de grandes choses tous les jours, loin de là. Mais si ma vie s’arrête demain, je partirai tranquille si aujourd’hui j’ai donné du sourire, à moi et aux autres. Je n’y arrive pas tous les jours, mais j’essaie, et je suis heureuse quand je suis utile et quand je créé de la joie, même simplement! Je n’ai pas besoin que chaque jour soit épique, j’ai juste besoin qu’il soit lumineux.

Si tu veux découvrir la marque Nash studio, c’est par ici ! 😉

 

Rendez-vous vendredi prochain sur le blog le portrait d’une autre chouette fille 😉 alors suivez-nous !

Et pour découvrir tous les portraits de cool girls, c’est ici !

Mode afro : quand la mode africaine casse les codes !

Lire plus

Parlons mode afro.

Très souvent, dès qu’on entend mode afro, on pense “wax” ! Même si on ne le répètera jamais assez : il n’y a pas que le wax en Afrique…  

Oui, la mode et la création africaines sont beaucoup plus variées que ce que beaucoup imaginent !  En fait, la seule notion de “mode afro” pose à fait débat : car au fond, elle peut-être plutôt réductrice si on ne la manie pas avec précaution. Allez, je vous propose d’étudier la question de plus près 🙂

Y a-t-il vraiment UNE mode afro ?

Il y a exactement 54 pays en Afrique et tous ont des coutumes, des tendances, des modes de vie différents. On comprend donc qu’utiliser l’expression générique de “mode afro”, c’est déjà regrouper plusieurs influences et styles très variés dans une seule catégorie.

Bien sûr, de par l’histoire des peuples africains et la migration intracontinentale, certaines inspirations traditionnelles, depuis des techniques de fabrication à des arts décoratifs en passant par des codes vestimentaires, peuvent être communes à certains pays africains.

Pour autant, le style africain ne se résume pas seulement à des tissus ultra colorés ou à motifs “tribaux” ! Et heureusement que la richesse de tout un continent s’exprime à travers une mode africaine aussi belle que variée !

L’élégance et la modernité des collections imaginées par nombre de designers africains prouvent qu’il y énormément de créativité et de diversité dans la mode afro. On y retrouve des influences et même parfois, des codes ethniques, des tissus traditionnels mais beaucoup de créateurs afros proposent de nouvelles coupes et des mélanges de matières qui réinventent totalement le style africain.

Bien plus large que ce qu’on peut imaginer la mode afro a même trouvé sa place sur la scène internationale en habillant des stars comme Solange ou Beyoncé !

Quand la mode afro fait la belle sur la scène internationale !

C’est dans les années 90 que la mode afro a connu un premier retentissement international. Grâce notamment à la première édition du Festival International de la Mode Africaine (FIMA) en 1998 au Niger. C’est le créateur nigérien Alphadi qui eut l’idée d’un évènement dédié à la mode africaine.

Son but était de faire du FIMA un festival culturel international pour mettre en valeur les designers de mode afro dans toute leur diversité, leur richesse et toutes leurs influences. De célèbres designers du monde entier ont été invités comme les créateurs français Jean-Paul Gaultier et Yves-Saint Laurent.

L’objectif du FIMA était l’ambitieuse volonté de montrer au monde tout l’attrait de la mode africaine, bien au-delà des “clichés” qu’on lui colle volontiers…et on pense qu’ Alphadi avait déjà tout compris !

Grâce à des initiatives comme la création du FIMA ou encore plus récemment de la Fashion Week Africaine, la mode afro est de plus en plus présente et remarquée sur la scène internationale. Tout en faisant découvrir une africanité traditionnelle, elle expose aussi le haut potentiel des créateurs afros et la diversité des styles qu’ils proposent ! Par exemple, on aime beaucoup l’univers stylisé de Laetitia, créatrice de la marque Uchawi.

La Black Fashion Week, retour sur une mode africaine en quête d’affirmation

“La mode de notre continent ne se limite pas au pagne et au boubou”, s’exclame Adama Amanda Ndiaye (plus connue sous le nom d’Adama Paris).

Et, vous l’avez sûrement déjà compris, je suis complètement d’accord !

Pour prouver ses dires, la styliste et créatrice sénégalaise Adama Paris crée en 2010 la Black Fashion Week, qui met en valeur les talents de la mode africaine avec des défilés organisés dans les plus grandes villes du monde ! De Paris à Montréal en passant par Prague et Bahia… Aucune ville n’échappe à cette frénésie stylée tout droit débarquée du continent.

Bien sûr, il n’est pas question de dire que les pagnes, boubous et autres merveilles traditionnelles ne font pas partie du patrimoine stylistique africain, mais plutôt d’affirmer qu’on ne peut réduire la mode afro à eux seuls.

Ces designers afros qui habillent le monde !

Qu’ils soient nés sur le continent africain ou d’origine africaine, beaucoup de jeunes et talentueux designers contribuent à moderniser et exporter l’Afrique en plein coeur de la mode internationale !

Voici par exemple à Tina Lobondi, créatrice Congolaise basée à Londres, qui définit sa marque comme une mode de luxe combinant héritage africain et mode française. C’est frais, raffiné et élégant…bref, j’adore ! et vous ?

Je pense aussi à la designer Sud-Africaine Bongiwe Walaza qui mixe des inspirations traditionnelles africaines avec un style ultra moderne et pile dans l’air du tempsVoyez-vous même !

Et pour vous convaincre encore de la diversité en matière de mode africaine, citons la styliste nigériane Amaka Osakwe, designer de la marque Maki Oh, où se mêle modernité et influences traditionnelles.

Chacun de ces designers a un style afro unique, bien à lui, et se démarque par son univers de création.

Le plus important est donc de retenir cette pluralité et de bien l’appréhender lorsqu’on parle de “mode afro”. J’espère qu’avec ce petit article sur la mode africaine, je vous aurai convaincu de toute la richesse créative de la mode afro !

Et vous, qu’en pensez-vous ? Avez-vous des créateurs de mode afro que vous aimez ? Citez-les nous en commentaires pour nous les faire découvrir !


Hello, je m’appelle Andrea !
Crieuse et inventive, j’aime les initiatives qui ont un impact positif !

3 tissus africains dans la mode afro

Lire plus

Je suis sûre que quand on vous parle de tissus africains dans la mode afro, la première chose à laquelle vous pensez, c’est le wax ! Ce fameux tissu coloré qui est devenu un véritable phénomène dans la mode. Pourtant, ce n’est qu’un exemple parmi beaucoup d’autres !

Allez, je vous fais découvrir une jolie sélection de trois tissus africains qu’on retrouve régulièrement dans la mode afro 🙂

#1 Le bogolan : tissu emblématique d’Afrique de l’Ouest

Le bogolan est un tissu originaire du Mali. Traditionnellement, il est confectionné à la main et la teinture provient d’encres naturelles faites de boue fermentée et de feuilles d’arbres. C’est un tissu que beaucoup de gens portent dans les pays d’Afrique de l’Ouest : au Burkina-Faso, au Mali ou encore en Côte d’Ivoire. Les couleurs du bogolan sont très sobres : différentes nuances de marrons, du noir, du blanc et du jaune. Il est souvent décoré de jolies formes géométriques. Et il ressemble à ça !

2# Le Kente (ou Kita), un des tissus africains classique de la mode afro

Ce tissu multicolore originaire du Ghana est fait de coton. Il est célèbre pour ses couleurs vives : du bleu, du jaune, du vert, du violet… Comme le bogolan, il présente des formes géométriques, mais il peut aussi être décoré de motifs d’animaux ou de personnages. Il est composé de bandelettes multicolores tissées. Et chaque couleur ou motif présente une forte symbolique ! En fait, c’est un tissu qui raconte un peu une histoire 🙂 

#3 Le Faso Dan Fani, fierté Burkinabée

Le Faso Dan Fani est un véritable symbole du patriotisme burkinabé !  Cette étoffe tissée à partir de coton fait fureur ! Sans surprise, car le Burkina est le deuxième producteur de coton du continent africain. Faso Dan Fani, ça veut dire « pagne tissé de la patrie » (oui il porte bien son nom !) Il est utilisé dans la confection de pagnes, de vêtements et de décorations. Il en existe de plusieurs couleurs, même si on retrouve souvent des motifs rayés noirs et blancs. Ce tissu s’est exporté à l’international, et c’est d’ailleurs le plus cher qu’on peut trouver sur le marché !

 

Voilà, ces trois exemples de tissus sont confectionnés avec des techniques et un savoir-faire unique Made in Africa, comme celui de ceux qui façonnent nos jolis sacs et accessoires.  La richesse et la variété de tissus authentiques et traditionnels africains n’en finissent pas ! 

Si ça vous intéresse d’en savoir un peu plus sur la diversité dans la mode afro, découvrez notre sélection de créateurs africains à suivre !


Hello, je m’appelle Andrea !
Curieuse et inventive, j’aime les initiatives qui ont un impact positif !